Dictionnaire Québécois Dictionnaire Québécois
VOCABULAIRE QUEBECOIS
Choisissez l'une des lettres suivantes pour accEder au lexique :

Dictionnaire québécois
Tabarnac ! [tabarnak]: L'un des grands fleurons dans le domaine du juron québécois. Il se destinait à l'origine à l'attaque directe du saint tabernacle du culte catholique. Aujourd'hui, il intervient en général dans le langage populaire québécois pour marquer la force, l'intensité d'une affirmation (ex : ça m'a fait mal en tabarnac !).

Tablette : Outre ses significations habituelles, on donne aussi au Québec les sens suivants à ce nom féminin : [1] on dit d'une femme qu'elle a une grosse tablette en faisant référence à sa poitrine volumineuse ; [2] on dit mettre quelque chose sur la tablette dans le sens de la mettre au rancart ; [3] il s'agit également d'une étagère, d'un rayon (ex : range ce livre sur la tablette).

Taboire ! : Juron québécois, vraisemblablement construit à partir des jurons "tabarnac" et "ciboire".

Talle : En plus des significations qu'on lui connaît, les Québécois emploient ce nom féminin pour identifier : [1] une grappe de petits fruits sur un arbuste ; [2] un groupe d'arbres ou d'arbustes ; [3] une quantité abondante de quelque chose.

Tannant, tannante : Au Québec, en dehors de ses significations habituelles, on utilise "tannant/tannante" comme adjectif dans les cas suivants : [1] pour qualifier un enfant espiègle ; [2] pour qualifier la nature de ce qui est bruyant, exaspérant ; [3] pour qualifier la nature de ce qui est harcelant, irritant.

Tanné, tannée : Outre ses significations d'usage, cet adjectif qualifie au Québec un état d'exaspération limite : en avoir marre (ex : être tanné c'est être exaspéré au possible).

Tanner : Ce verbe apparaît dans le langage populaire québécois, en dehors de ses sens connus, pour marquer les actes suivants : [1] harceler, exaspérer ; [2] fatiguer ; [3] crever, épuiser, éreinter.

Tape : Nom masculin courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Il s'agit de ruban adhésif, de scotch. On notera la prononciation à l’anglaise : "tépe".

Taper : Verbe courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Il signifie scotcher, dans le sens de coller des objet à l’aide d’un adhésif. On notera la prononciation à l’anglaise : "tépé".

Tapisserie : Outre les significations qu'on lui connaît, le nom féminin "tapisserie" revêt au Québec le sens de papier peint.

Tapocher : Verbe propre au langage populaire québécois, vraisemblablement formé à partir du mot "tape", on l'utilise pour : [1] signifier que l'on donne des petites tapes sur l'épaule de quelqu'un, dans le sens de tapoter ; [2] signaler que l'on va mettre une raclée à quelqu'un (ex : si tu m'emmerdes, je vais te tapocher !).

Taponner : Outre ses sens habituels, les Québécois l'utilisent pour : [1] marquer l'acte de froisser un matériau, dans le sens de le mettre en tas ; [2] bricoler quelque chose sans grande conviction, dans le sens d'avancer à tâtons, d'explorer un sujet ou un objet dont on ne sait pratiquement rien (ex : je taponne sur l'ordinateur…).

Tasser : À l'exception des sens qu'on lui accorde en général, le verbe tasser est d'usage au Québec pour : [1] déplacer, ranger quelqu'un ou quelque chose sur le côté (ex : tasse-toi de mon chemin !) ; [2] serrer, rapprocher des gens ou des choses (ex : tasser les assiettes ensemble, les mettre en tas).

Téléroman : Nom masculin propre au langage québécois, il s'agit d'un feuilleton télévisé.

Température : Outre ses significations connues, on utilise ce nom féminin au Québec dans le sens du temps qu'il fait (ex : "quelle belle température !", c'est-à-dire : "quel beau temps !").

Téteux, téteuse : Nom masculin ou féminin propre au langage populaire québécois, désignant un lèche-bottes.

Teton [toton] : Nom masculin propre au langage populaire québécois, il désigne un individu idiot, niais dans une forme empreinte de vulgarité (ex : heille le teton, ça suffit les gaffes !).

Timing : Outre son sens usuel, on accorde encore à ce nom masculin au Québec les significations suivantes : [1] le rythme de quelqu'un ou quelque chose (ex : cet athlète a un bon timing) ; [2] le moment opportun pour l'accomplissement de quelque chose (ex : le timing était super, j'ai réussi à lui serrer la main) ; le réglage d'un mécanisme pour en assurer le bon fonctionnement (ex : as-tu vérifié le timing de la machine à café ?).

Tip : Nom masculin courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Il désigne le pourboire (ex : combien je devrais lui donner pour le tip ?).

Tiper : Verbe courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Il marque l'acte de donner un pourboire.

Tirer : Outre ses significations d'usage, on emploie le verbe "tirer" chez les Québécois pour signifier : lancer quelque chose (ex : attrape, je vais te tirer les clefs…).

Toast : En dehors de ses significations d'usage, les Québécois donnent à ce nom féminin la valeur d'une tranche de pain de mie grillée.

Toaster : Verbe et nom masculin courants dans le langage populaire québécois et empruntés à l'anglais. Ils signifient : [1] à titre de verbe, griller quelque chose, plus souvent du pain ; [2] à titre de nom masculin, un grille-pain.

Toffe : Verbe courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais "tough". Il qualifie la nature de ce qui est ardu, incommode, pénible, rude.

Toune : Nom féminin propre au langage populaire québécois, il s'agit d'une composition musicale, d'une chanson.

Tourlou : Expression propre au langage populaire québécois, qui exprime la salutation dans le même sens que : salut, ciao.

Traînerie : Nom féminin propre au langage populaire québécois, dérivé du verbe "traîner" et désignant tout objet non rangé. De manière plus générale, on pourrait dire, lorsque le mot est utilisé au pluriel, qu'il s'agit de pagaille, de fouillis.

Traîneux, traîneuse : Adjectif propre au langage populaire québécois, dérivé du verbe "traîner". Se dit de personnes négligentes qui laissent traîner leurs effets personnels un peu partout sans songer à les ranger : désordonné, négligent.

Trâlée [trôlée] : Nom féminin propre au langage populaire québécois, issu du verbe français "trôler", en usage au 17e siècle, qui signifiait "promener avec soi". Au Québec on l'utilise depuis le 18e siècle pour désigner : une grande quantité, une longue suite (ex : une trâlée d’enfants).

Trempe : Nom féminin français que les Québécois ont l'habitude d'utiliser, à titre d'adjectif, dans le langage populaire et qui signifie : trempé, mouillé (ex : la couche du bébé est trempe, il faut la changer…).

Trip : Verbe courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Un trip c'est : [1] une aventure, une équipée, une expérience, une péripétie ; [2] une toquade (ex : il est parti sur un trip, plus moyen de l'en faire démordre…) ; [3] une motivation, une intention (ex : c'est quoi ton trip de vouloir faire ça ?) ; [4] un engouement, une préférence (ex : c'est son trip ce genre d'activité, il adore !).

Tripeux, tripeuse : Nom masculin ou féminin, propre au langage populaire québécois, dérivé de l'anglais "trip". Il caractérise, de façon globale, toute personne qui se lance dans une entreprise ou un événement sans en estimer les conséquences : un aventurier, un expérimentateur, un fêtard.

Tripoteux, tripoteuse : Adjectif propre au langage populaire québécois. Se dit des personnes qui se livrent à des attouchements déplacés à l'endroit d'autres personnes : frôleur, peloteur.

Trippant, trippante : Adjectif propre au langage populaire québécois, dérivé de l'anglais "trip". Il distingue la nature de ce qui est : cool, exaltant, extra, stimulant, super.

Tripper : Verbe propre au langage populaire québécois, dérivé de l'anglais "trip". Tripper c'est s'amuser, s'emballer, prendre du plaisir (ex : si tu savais, je trippe à mort, c'est le pied !).

Trou de cul : Nom masculin propre au langage populaire québécois et utilisé de façon très péjorative pour désigner : [1] un incompétent ; [2] un minable, un nullard ; [3] un salaud.

Trouble : Outre ses significations usuelles, on emploie ce nom masculin dans les situations suivantes : "être dans le trouble", c'est-à-dire : éprouver une difficulté, un ennui grave ; [2] "faire du trouble", c'est-à-dire : faire du grabuge ; [3] dans l'expression : "pas de trouble", on entend qu'il n'y pas de souci à se faire.

Truster : Verbe courant dans le langage populaire québécois, emprunté à l'anglais. Il exprime la confiance : avoir confiance, se fier à quelqu'un (ex : je peux truster ce vendeur, il me semble fiable).

Tsé : Expression typique au langage populaire québécois qui signifie : tu sais. On l'utilise toutefois abondamment afin de ponctuer le discours.

Tuque : Nom féminin propre au langage québécois, une tuque est un bonnet d'hiver. Dans l'expression : "attache ta tuque avec de la broche", on veut spécifier le caractère tumultueux d'une situation, dans le sens que cette situation va générer des rebondissements considérables.


Copyright DICTIONNAIRE QUEBECOIS - Toute reproduction même partielle strictement interdite
Partenaires :
Assurance Québec - Hôtels Québec Montréal - Canada francophone - Location Montréal